Vie de freelance

La communication sur les réseaux sociaux pour les nuls… comme moi

By 17 mars 2020 mars 13th, 2021 No Comments

Les réseaux sociaux représentent un support indispensable à l’élaboration de sa communication digitale.
Ce n’est pas un scoop…
J’enfonce même une porte ouverte !
Et vu sous cet angle, le deal paraît simple.

Tu postes un maximum de publications sur les plateformes judicieusement sélectionnées.

Et l’effet papillon fera le reste…

S’assurer une visibilité essentielle pour ta stratégie digitale.
Se construire une communauté ciblée.
Oui, ça paraît simple… mais pas tant que ça !
Car, il y a la réalité…

Cette réalité qui rappelle que communiquer sur les réseaux sociaux n’est pas inné, ni une évidence pour tout le monde
J’en suis la preuve vivante.

Je sais qu’il est essentiel de publier régulièrement et pourtant ma communication laisse à désirer !

Dans ce cas-là, que se passe-t-il au niveau de la stratégie marketing ?
Dois-je renoncer à une manne de clients ?
A ce canal porteur pour développer ma communauté ?

Je vais donc m’atteler à dénouer ce nœud :

Comment optimiser sa communication quand on n’a pas les réseaux sociaux dans la peau ? 

Comment utiliser les réseaux sociaux quand ils ne sont pas notre priorité ?

Y a-t-il dans la salle des web-entrepreneurs comme moi ?

Une âme vagabonde qui erre dans les couloirs de Facebook, Instagram, LinkedIn, YouTube, sans vraiment y prendre racine ?

Mais, qui a conscience de :

  • Devoir publier des posts
  • Animer ses pages
  • Partager des articles
  • Donner son avis pimenté…

Et qui freine des 2 pieds quand il s’agit de s’y mettre ?
Oui ?

Alors, rapproche-toi, on a des choses à se dire…

Par curiosité, je suis allée fouinée dans les stats des réseaux sociaux.
Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles donnent le tournis !

Les chiffres du nombre d’utilisateurs dans le monde en 2019 :

Facebook : 2,45 milliards

YouTube : plus de 2 milliards

Instagram : 1 milliard

LinkedIn : 310 millions

Et encore !
Je ne passe pas en revue toutes les plateformes.

Utiliser les réseaux sociaux

Alors, si tu n’es pas un(e) fan des réseaux sociaux, il est nécessaire de choisir judicieusement celui qui conviendra le mieux à ton activité

Inutile de s’éparpiller
Allons à l’essentiel

Si tu n’es pas à l’aise avec la caméra, oublie YouTube.
Ne te fais pas mal en te forçant à tourner des vidéos.

Si tu es introverti(e), inutile de t’imposer des publications de stories sur Instagram.
Même si tu as tout un tas de news professionnelles à partager tout au long de la journée.

Concentre-toi plutôt sur le réseau social où se niche ta cible et où tu te sentiras le moins flippé(e)

Tu fais du B to B ?

LinkedIn sera parfait.

Publier sur les réseaux sociaux… Acte contre-nature pour certains web-entrepreneurs ?

Une foule d’articles sont rédigés pour transmettre conseils, astuces et hacks sur les publications :

Les règles d’or d’un post sur Facebook
Les 8 erreurs à ne pas commettre sur LinkedIn
Les 5 hacks pour gagner 10.000 abonnés sur Instagram

Bref, je pourrais énumérer bien plus de titres qui appellent au clic pour optimiser sa cyber communication.

En revanche, pour certains entrepreneurs [comme moi !], se pose la question du passage à l’action.

Et lorsque, dans Google, je recherche des articles sur les raisons qui peuvent paralyser l’internaute à intervenir sur les plateformes, j’obtiens peu de réponses.

Chacun de nous bénéficie-t-il d’une prédisposition génétique qui va déterminer son appétence à publier un tas de contenus ou pas ?

Quoi qu’il en soit, ce serait utile de comprendre ce qui se passe dans la tête du web-entrepreneur qui pointe son doigt vers les touches de son clavier dans l’espoir d’écrire un post, et…

Rien, il ne se passe rien…

Le doigt n’atteint jamais les lettres du clavier
Ne fait pas retentir le doux son du cliquetis des touches
Ces touches, avides d’être pressées pour accoucher de quelques lignes qui seront lues par un tas d’yeux, voraces de contenus.

Et dans le cas où tu te décides à publier un post sur Facebook ou LinkedIn (…), ça t’arrive de réfléchir longtemps (trop longtemps) ?

J’y vais ?
J’y vais pas ?

Le passage à l’action n’est pas vraiment fluide.
Et niveau productivité, ce n’est clairement pas le top !

Je connais ce ressenti.
La procrastination pointe le bout de son nez.

Elle génère de la frustration et de la culpabilité.

Et pourtant, pour ma part, je ne devrais pas éprouver ce sentiment…
Mon métier, c’est d’écrire tout de même !
C’est de donner de l’information qui percute.

De convaincre avec les mots.
D’user des techniques du copywriting à chacun de mes contenus.

Alors, d’où vient ce blocage ?

La peur ?

Une organisation déficiente ?

Un manque de légitimité ?

Publication sur les réseaux sociaux et organisation… Un casse-tête chinois ?

Là, encore une fois, la toile ne manque pas de conseils pour optimiser l’organisation de la publication de ses contenus.

Et de nombreux outils digitaux sont créés pour faciliter toujours plus, la vie des utilisateurs de réseaux sociaux :

  • Définir sa ligne éditoriale avec Trello, Excel, Evernote…
  • Programmer ses posts selon son calendrier éditorial avec Zapier, Hootsuite, Buffer

Ce ne sont ni l’accompagnement ni les outils qui manquent.

Outils pour optimiser l'utilisation des réseaux sociaux

Alors où est le problème ?

Se transformer en horloge suisse de la publication ?

Le secret d’une présente optimale sur les réseaux sociaux (outre le contenu en lui-même), réside dans la publication ultra régulière.

L’idéal est donc de programmer un contenu quotidien pour la semaine suivante.

En revanche, si tu n’as pas une idée claire de ce qui devra être publié dans les 7 prochains jours, qu’on se le dise, la tâche sera ardue.

Parce qu’adopter une régularité quotidienne irréprochable sans plan d’action…

C’est un peu comme descendre une piste rouge de Tignes, mais avec un seul ski (tu visualises la scène avec Gérard Jugnot ?)

C’est casse-gueule !

Prenons l’exemple de LinkedIn.
La fréquence préconisée est d’un minimum de 12 posts par mois, soit 3 par semaine.

Mais si tu ne tiens pas le rythme,
Si cette obligation est bien trop prégnante…

Dois-tu culpabiliser pour autant ?

Est-ce la fin du monde pour ta stratégie de contenu ?

Clairement, non.

Il faut juste se positionner autrement.
Publie un post par semaine.

Mais par contre, publie des contenus de qualité.

Si tu ne t’appropries pas ces notions de temps, d’organisation, de planification, privilégie les contenus de valeur.

Sois irréprochable sur l’intérêt qu’il suscitera.
Chaque publication se doit d’être percutante.
Et déclencher de l’engagement.

Le manque d’idées flingue ma stratégie sur les réseaux sociaux

L’angoisse de formaliser chaque semaine des contenus quotidiens peut découler de cette autre problématique…

La peur de manquer d’idées nouvelles.

Parce que mine de rien, il faut en trouver des idées de posts.
Elles ne vont pas sortir du chapeau par magie !

Ça demande une imagination rodée.

Et cette phase peut en décourager plus d’un.

Se creuser la cervelle d’une part pour créer ses propres articles, newsletters et pour produire une abondance d’idées pour alimenter ses réseaux sociaux…

Certains web-entrepreneurs craignent de s’essouffler, d’arriver à court de sujets.

S'essouffler dans sa stratégie de contenu

Alors, programmer toute une série de posts quotidiens…
Ça devient compliqué !

Mais, comment faire ?

J’ai 2 bonnes nouvelles !

  • L’imagination n’est pas une source tarissable.

Tu peux exploiter ces petits moments de votre vie professionnelle.

Des pépites de ton quotidien d’entrepreneur.
Elles peuvent devenir inspirants, motivants, reboostants pour tes abonnés ou followers.

  • Il est possible de recycler ses contenus.

Tu déclines un sujet déjà traité en un article ou d’une newsletter et l’abordes sous un angle différent

Ou bien, tu développes une partie survolée lors d’un ancien contenu.

Développons maintenant le point suivant…

Autre source d’appréhension à publier sur les réseaux sociaux…

Docteur, ça se soigne la peur du jugement ?

Suis-je légitime pour donner de la valeur à mes lecteurs ?

Alors là…
On touche un point sensible…

Jugement

Doute

Comparaison

Manque de confiance

Syndrome de l’imposteur

J’imagine que je ne suis pas la seule à :

  • Éprouver ces peurs
  • Transpirer à chaque publication
  • Me mettre une pression de dingue
  • Rechercher l’excellence
  • Me donner la mission sacrée d’offrir au lecteur les meilleures informations qui soient.

Ces questions t’ont-elles déjà traversé l’esprit ? :

« Est-ce que je donne assez de valeur dans cette publication ? »
« Que vont en penser les professionnels qui sont dans mon milieu pro ? »
« Fais-je une erreur sur la solution apportée à telle problématique ? »
« La foudre va-t-elle s’abattre sur moi et me réduire en un minuscule tas de cendres si j’exprime une idée qui ne plait pas ? »

Et puis à force d’entendre les conseils congruents de coachs bienveillants,

A force de me convaincre de lâcher prise, je me dis :

« Bon, ben vas-y… essaie au moins ! »

Une des clés déterminantes pour oser publier, c’est de rester soi-même

Rester authentique dans sa communication.

Rédiger sur un sujet déjà traité 150 milliards de fois sur les réseaux sociaux apportera une vision différente.

Il sera toujours différent des 150 milliards autres.

Car tu y mets ton ADN, ta patte, ton ressenti, une vision personnelle.

Ton contenu sera donc toujours différent du post du voisin !

Quant à la pertinence de tes propos, la peur de dire une boulette, la peur du jugement des lecteurs, le regard de tes pairs…

Je rajouterais qu’il est impossible de faire l’unanimité.

Des internautes adoreront tes contenus
D’autres seront indifférents ou détesteront.

Là encore, ce n’est pas la fin du monde.

Le jugement fait partie de notre modèle sociétal.
Il est impossible de lutter contre.

Le mieux est de lâcher prise et de faire en sorte d’être honnête, respectueux et de répondre aux attentes de ses abonnés avec ton expertise.

Ma stratégie digitale est-elle en danger si je ne suis pas très présente sur les réseaux sociaux ?

Devenir une référence sur les réseaux sociaux
Etre attendu comme le loup blanc
Recueillir des likes, commentaires et partages… le graal sur les réseaux sociaux
Gagner en notoriété grâce à des contenus de qualité

Voici d’excellents moyens pour soigner et optimiser son personal branding.

C’est un canal marketing prisé pour faire venir à soi les clients.

Vive l’inbound marketing !

Mais alors…

« Si je suis moins active sur les réseaux sociaux, dois-je dire adieu à un flux important de clients ? »

Bien sûr que non !
Certes, c’est un procédé alléchant.

Mais si vraiment, tu dois te faire violence
Si ça te met dans un état proche de la souffrance (avec un TGV d’interrogations qui traverse ton cerveau dans un bruit assourdissant)

Alors, il existe d’autres moyens pour trouver des clients

  • Publier des articles sur son blog (l’idéal, c’est quand même de les partager sur les réseaux sociaux, on est d’accord ?)
  • Écrire des articles invités sur des médias ou sur d’autres blog avec un flux important de visiteurs.
  • Mettre à disposition un leadmagnet sur son site et accroître le nombre d’abonnés à sa mailing list
  • Envoyer des newsletters à sa communauté
  • Prospecter en ciblant une typologie de prospects qui te plait
  • Participer à des évènements de networking
  • Cooptation : Tes clients sont tes meilleurs ambassadeurs

Du coup, je culpabilise ou pas d’être irrégulière sur les réseaux sociaux ?

L’utilisation quotidienne des réseaux sociaux représente un brassage de plusieurs milliards d’utilisateurs

Certes, c’est une source de visibilité et de reconnaissance idéale.

En revanche, si tu n’es pas à l’aise sur ce canal de communication, fais de ton mieux sans te faire mal et sans culpabiliser.

Privilégie la qualité à la quantité en rédigeant chaque post avec ton cœur.

Poste une publication bien copywritée pour la « rentabiliser »

Soigne ton écriture
Et tourne-toi vers les canaux de communication qui te correspondent.

Reste aligné(e) avec tes valeurs.

Si tu te forces, l’internaute le détectera tout de suite.

Si établir un planning éditorial pour tes contenus sur les réseaux sociaux te hérisse ou te pétrifie, poste dès que tu le sens.

Les « il faut que » et « y a qu’à » ne doivent pas te faire rentrer dans un moule où tu sens que tu n’as pas ta place

Écoute-toi tout en intervenant de temps en temps.

Mais, évite néanmoins d’endosser la panoplie de « ghost » ou « je n’existe pas » ou « game over » !
Montre-toi à ton rythme.

Quelles que soient ton implication et participation sur les réseaux sociaux, tu trouveras ta place !

Et sinon, pour affiner ta plume et la communication sur tes contenus, je t’offre le guide :
« 5 clés pour augmenter vos ventes grâce au copywriting ».

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.